a-/ Source de pollution

L'automobile est l'une des premières causes  du réchauffement climatique. En effet, avec les camions, les voitures représentent près de 20% des émissions annuelles de  dioxyde carbone rejeté dans notre atmosphère.  Ces véhicules, émettant du CO2, posent un réel problème. Effectivement, ces dix dernières années ont été les années les plus chaudes jamais enregistrées. Depuis 30 ans, la Terre subit un réchauffement à cause des gaz à effet de serre tels que le dioxyde de carbone (CO2).

                                                  

                                    

                                                 Courbe des anomalies de températures de 1880 à 2000

 Cela s'explique simplement par une augmentation de la population. En effet, si aujourd'hui la population mondiale atteint les 6,7 milliards de personnes pour 800 millions de véhicules, dans 20 ans, elle devrait dépasser la barre des 7,5 milliards de personnes. Ainsi, on constaterai une croissance du nombre de véhicule dans le monde. Effectivement, en 1960, moins de 4% de la population possédait un véhicule. Vingt ans plus tard, près de 9% de la population en possède une. Aujourd'hui, on en est à 12% et ce chiffre ne cesse de  croître: on estime qu'en 2020, 15% de la population possédera un véhicule, car les achats sont liés à la hausse du pouvoir d'achat.

 

 Les principaux rejets des pots d'échappement de nos automobiles sont :    

 

     

                                                                                           - Le dioxyde de carbone (CO2) contribue  à l'effet de serre, au réchauffement de la planète et à une modification du climat.

 

Le monoxyde de carbone (CO) provoque migraines, vertiges, troubles de la vision et diminue l'oxygénation du sang. A forte concentration, il est mortel.

 

 

 

 Les oxydes d'azote (NOx) est gaz irritant qui diminue les défenses immunitaires et altère les fonctions pulmonaires. Il est le précurseur à la formation d'ozone dans les basses couches de l'atmosphère, par sa décomposition en présence du rayonnement solaire. L'ozone est un gaz irritant et toxique à forte concentration.

- Les hydrocarbures imbrûlés (HC) provoquent des affections des voies respiratoires et des allergies. Ils sont les autres précurseurs à la formation de l'ozone (O3).

- Les particules en suspension, liées à la combustion dans les moteurs diesel. Les particules de suie, par exemple, accroissent le risque de maladie respiratoire et probablement de cancer.

- Le dioxyde de soufre (SO2) est un des principaux responsables des pluies acides.

- Le plomb provoque le saturnisme (syndrome d'intoxication au plomb) chronique dans les pays et régions où l'ajout de plomb dans l'essence n'est pas interdit.

 

Le moteur à explosion qui équipe, aujourd'hui, la majorité de nos véhicules est donc l'une des causes majeures qui contribue à la dégradation de notre planète en ce qui concerne notre environnement.

 

Une solution pour diminuer cette pollution doit être trouvée, car les conséquences qu'elle peut engendrer sont dramatiques:

 -       retrait des glaciers

-       fonte de la banquise

-       élévation du niveau moyen des océans

-       modification des régimes de précipitations pouvant entrainer inondations et sécheresses

-       augmentation de l'intensité et de la fréquence des évènements climatiques extrêmes comme les ouragans ou les cyclones

-       modification de la circulation de courants marins comme le Gulf stream et la dérive  nord-atlantique qui pourrait conduire au refroidissement de certaines régions (Ouest de l'Europe...)

 

 Une part de ces changements a déjà commencé et peut-être reliée au réchauffement climatique. C'est en particulier le cas de la fonte des glaciers et des banquises. En effet, la banquise (de l' Arctique et de l'Antarctique) et les glaciers fondent à un tel point que d'ici 2100, ils auront probablement totalement disparu.

Les scientifiques ont longtemps considéré la disparition de la banquise comme une réalité inévitable liée à la progression du réchauffement climatique, mais, jusqu'alors, elle ne devait pas survenir avant 2070. Selon plusieurs scientifiques, l'océan Arctique sera libéré des glaces en été dès 2030. En outre, une importante étude réalisée cette année par le Pr wieslaw Wiavlowski, de l'école navale supérieure [Naval Postgraduate School (NPS)] de Monterrey, en Californie, conclut que, dès 2013, il n'y aurait plus de glaces entre mi-juin et mi-septembre. Les experts estiment que le seuil critique a été atteint l'an dernier avec une fonte record, d'une ampleur qu'on ne croyait possible qu'à partir de 2050.

 
L' Antarctique, 30 millions de km3.  Si la glace antarctique venait à fondre entièrement, elle recouvrirait le globe de 60 mètres d’eau au dessus du niveau de la mer.

    

Rôle du climat sur la glace :

Le réchauffement climatique entraîne une intensification du cycle de l’eau, avec à la fois plus de neige et plus de fonte.

  

L« Greenland » – La calotte glaciaire, qui recouvre 82% de ce territoire de plus de 2 millions de km², se réduit en effet d'année en année sous la pression du réchauffement climatique imputable à l'augmentation des gaz à effet de serre émis par l'homme depuis plus de 100 ans.

 

Les glaciers de montagnes ne fondent pas à la même vitesse que les glaciers polaires. La mer de glace (Mont Blanc) a reculé de 9 kilomètres depuis 1850.

Le glacier du Rhône en 1850, 11,5Km

 

 

                                                                       Le glacier du Rhône en 1985

                                            ( Les flèches rouges indiquent la position en 1850)

 

                                                                                 Le glacier du Rhône en 1914

                                                 (Les flèches rouges indiquent la position en 1850 )

 

Ces changements climatiques vont évidemment avoir des conséquences sur la faune et la flore. On prévoit qu'un nombre important d'espèces risque de disparaître.

 

 

La vie de l'ours polaire est perturbée par le réchauffement climatique

La pollution due aux gaz à effet de serre nuit également à la santé de l'homme. En effet, nous respirons tous les gaz présents dans l'atmosphère. Nous polluons cette atmosphère et de ce fait, nous nous empoissonnons nous-mêmes. Les effets néfastes de ces gaz sont variés.

Les polluants contenus dans l'air nous agressent de façon permanente. Les polluants de l'air atteignent la santé de l'homme par trois voies différentes :

 

   -      les voies respiratoires : par inhalation  

   -       les voies digestives : par ingestion

   -       les voies cutanées :  par la peau

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×