Conclusion

Le moteur à hydrogène n'est pas une idée récente car cette possibilité a déjà été exploiter au XIXème siècle. Mais à cette époque, elle était irréalisable à l'échelle industrielle.

 

A l'heure actuelle, on ne peut pas dire que le moteur à hydrogène soit une solution miracle comme alternatives au moteur à explosion pour diverses raisons. Au niveau de la production de l'hydrogène, on rencontre des problèmes de rentabilité pour l'électrolyse et des problèmes de pollution pour le vaporeformage. Ces inconvénients empêchent donc d'exploiter pleinement ces techniques.

 

De plus, le prix de revient d'un moteur à hydrogène est extrêmement élevé. Effectivement, les matériaux utilisés pour la conception sont très coûteux (utilisation de métaux précieux comme le platine en tant que catalyseur dans la pile à combustible.).

 

Sachant qu'un moteur classique revient beaucoup moins cher au consommateur qu'un moteur à hydrogène, pour le moment, il est peu probable que ce dernier se généralise sans une intervention forte des états dans ce domaine.

 

Cependant, le développement des énergies « propres » est très urgent dans la mesure où la situation de notre planète est critique. Enfin, face aux pénuries de pétrole (énergie fossile en quantité limitée), le moteur à hydrogène sera probablement la solution, mais des progrès sont encore à faire pour remédier aux inconvénients que nous avons précédemment cités. Le moteur à hydrogène est très prometteur bien qu'il soit à l'heure actuelle encore trop polluant, cher et surtout dangereux pour être généralisé. Cependant, avec de nouvelles technologies aujourd'hui à l'étude, nous pourrons certainement baisser le prix de la pile, la rendre plus sûre et moins polluante. Alors elle permettrait d'alimenter le moteur du futur.

 

Tous les constructeurs automobiles travaillent afin de commercialiser des prototypes équipés de moteur à hydrogène. Ainsi, les constructeurs comme Toyota, Honda, Nissan, Mercedes ou encore Renault ont déjà mis sur le marché des voitures fonctionnant à l'aide d'un moteur à hydrogène.

 

Cependant, selon Philippe COSQUER, chargé de mission Véhipole aux instituts supérieure des technologies automobiles à Ploufragan, il faudra patienter quelques décennies, voire jusqu'aux années 2050 « pour parvenir à des solutions industrielles viables et rentables et cela en toute sécurité ».

 

Enfin, nous remercions tous ceux qui nous ont aidé par leur avis et leurs informations et en particulier :
 
 - M. Bourouis , notre professeur de physique-chimie pour le temps consacré à l'amélioration de notre TPE.

        - M. Cosquer , chargé de mission Véhipole aux instituts supérieure des technologies automobiles à Ploufragan, pour l'interwien qu'il nous a accordé.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site